Voici 19 façons d’utiliser le cbd pour lutter contre la dépression, l’anxiété, etc.

Apprendre

Désistement : Ce contenu n’est pas destiné à remplacer un avis, un diagnostic ou un traitement médical professionnel. Consultez toujours votre médecin ou un autre fournisseur de soins de santé qualifié pour toute question relative à un problème médical.

Le CBD a un large éventail d’effets positifs lorsqu’il est utilisé pour maintenir la santé mentale. Les recherches menées au cours de la dernière décennie ont révélé son effet sur des maladies graves telles que la dépression, l’anxiété, le syndrome de stress post-traumatique et la schizophrénie. Lisez la suite pour en savoir plus sur les utilisations et la science derrière les effets thérapeutiques positifs du CBD pour divers troubles de santé mentale.

Contents
  1. Meilleures pratiques : Produits CBD pour la santé mentale
  2. Meilleures pratiques : Le choix du bon dosage pour vous est un processus qui fait intervenir vos caractéristiques uniques, telles que l’affection que vous souhaitez traiter, la gravité de l’affection, votre tolérance aux suppléments à base de cannabinoïdes, votre poids corporel, etc. Si vous êtes nouveau dans l’utilisation du cannabidiol, vous devrez peut-être commencer par une dose plus faible et l’augmenter pour surveiller les effets et décider d’une dose efficace. Il existe de nombreux produits prometteurs sur le marché, mais nous recommandons de prendre quotidiennement une huile de CBD pleine puissance sous forme de teintures ou de capsules de gel. Dose générale recommandée Débutez avec 5 à 10 mg de CBD par jour pour la santé mentale. Si vous ne ressentez pas de soulagement à cette dose, nous vous recommandons d’augmenter de 5 à 10 mg jusqu’à l’obtention de l’effet désiré. Les teintures peuvent être mesurées goutte à goutte, ce qui permet d’augmenter facilement la dose de façon minimale jusqu’à ce que vous trouviez ce qui fonctionne pour vous. Dosage pour le SSPT et la schizophrénie Nous recommandons aux personnes souffrant de SSPT ou de schizophrénie de commencer par 25 mg de CBD par jour. Si cette dose ne procure pas un soulagement complet, nous recommandons d’augmenter de 5 à 10 mg par jour jusqu’à ce que les effets désirés soient atteints. Gestion des exacerbations aiguës de l’anxiété, de la dépression ou du TSPT Si vous préférez, vous pouvez prendre plus de capsules de gel ou de teintures pour combattre les exacerbations aiguës, mais gardez à l’esprit que leur effet dure beaucoup plus longtemps que le CBD vaporisé pour l’anxiété – environ 1.5 minutes contre 10 heures. Beaucoup de gens trouvent que le régime de CBD le plus efficace pour l’anxiété implique une combinaison de produits de CBD de haute qualité et que votre régime de CBD devrait être unique pour vous. Autres méthodes de consommation Les capsules de gel viennent en doses prémesurées et la dose moyenne est d’environ 10 mg chacune. Heureusement, vous ne pouvez pas faire d’overdose de CBD, vous pouvez donc commencer par une capsule de 10 mg ou autant que vous êtes à l’aise. Ensuite, surveillez les effets et augmentez la dose si nécessaire pour éliminer les symptômes. Notez que les teintures et les gélules mettent plus de temps à être métabolisées, et que leur effet est donc généralement plus durable. Certaines personnes rapportent que ces comprimés ingérables procurent un soulagement tout au long de la journée. La seule chose à prendre en compte est que les produits d’ingestion de CBD prennent un certain temps – il faut parfois jusqu’à 90 minutes pour ressentir l’effet complet, alors soyez patient avant d’augmenter votre dose. Heureusement, les vaporisateurs de CBD procurent un soulagement rapide en une dizaine de minutes. Vous pouvez facilement prendre une dose et attendre dix minutes après l’avoir avalée pour décider si vous avez besoin d’une autre dose. En fin de compte, cette méthode vous aidera à avoir une idée du nombre de coups dont vous avez besoin dans le vaporisateur pour ressentir un soulagement complet. CBD pour la dépression La dépression est une maladie mentale commune qui affecte des millions de personnes dans le monde chaque année. Les recherches montrent que près de la moitié d’entre nous connaîtront un épisode de dépression à un moment donné de leur vie, et pour certains d’entre nous, la dépression est durable et peut mettre la vie en danger. Nos options pour traiter la dépression ont longtemps été limitées et inefficaces, mais le changement est peut-être à l’horizon. Des preuves préliminaires suggèrent que nous pourrions trouver un remède naturel dans l’utilisation de la CBD pour la dépression, mais des preuves supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces affirmations. Nous allons discuter des preuves scientifiques disponibles pour la dépression, y compris la meilleure façon d’utiliser le CBD. Comment le CBD aide la dépression Ceux qui souffrent de dépression mais ne veulent pas avoir recours aux médicaments pharmaceutiques se tournent souvent vers des options de traitement à base de cannabinoïdes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression touche plus de 350 millions de personnes de tous âges dans le monde. Une dépression non traitée peut entraîner de nombreux effets néfastes sur la santé et même un décès prématuré, il est donc important de traiter la dépression. Les traitements médicaux les plus courants de la dépression aux États-Unis sont des médicaments pharmaceutiques qui agissent pour corriger les déséquilibres chimiques dans le cerveau. Il peut s’agir d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et de leurs cousins inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (ou IRSN), d’antipsychotiques (et/ou d’antipsychotiques atypiques), d’agonistes de la dopamine et de nombreux médicaments utilisés pour traiter l’anxiété, comme les benzodiazépines. Le problème de ces médicaments est qu’ils entraînent souvent des problèmes de dépendance. De plus, la liste des effets secondaires dépasse de loin celle des avantages – pourquoi le suicide est-il un effet secondaire accepté des antidépresseurs ? Nous ne connaissons pas la réponse à cette question, mais nous savons que de nombreuses personnes abandonnent ces médicaments traditionnels et se tournent vers des méthodes de traitement plus naturelles, dans de nombreux cas la CBD. Les preuves actuelles, bien que préliminaires, soutiennent la théorie de la CBD pour la dépression et d’autres troubles de l’humeur. Pour démontrer le potentiel thérapeutique de la CBD pour la dépression, nous allons analyser un certain nombre d’études menées au cours des 10 dernières années. Nous présentons ci-dessous les résultats de ces études, en soulignant les principales conclusions. Nous fournirons également quelques conseils sur la stratégie de dosage, ainsi qu’une note sur les interactions médicamenteuses potentielles. Études soutenant le potentiel du CBD pour la dépression La découverte de la molécule de CBD remonte à près de cent ans, mais la recherche sur la valeur thérapeutique du cannabis s’est jusqu’à récemment concentrée principalement sur le THC. Aujourd’hui, les experts commencent à faire la lumière sur la valeur thérapeutique du CBD, et la recherche sur l’utilisation de ce cannabinoïde non psychoactif se développe rapidement. Dans cette optique, les informations sur l’utilisation du cannabidiol pour les troubles mentaux tels que la dépression sont très demandées. Les chercheurs se sont intéressés aux effets du CBD sur la dépression après avoir trouvé des preuves des effets anxiolytiques potentiels de ce supplément. Bien que les recherches soient actuellement limitées, il existe des preuves que le CBD peut avoir des valeurs thérapeutiques potentielles qui en font une option viable pour la régulation de l’humeur. La plupart des recherches sur les cannabinoïdes pour la dépression et les maladies connexes concernent des souris, mais il existe également des preuves impliquant une expérience humaine avec le cannabidiol. La recherche s’est spécifiquement penchée sur les effets du cannabidiol sur les processus neuronaux et les fonctions cérébrales associés à la dépression, ainsi que sur les nombreuses façons dont le système endocannabinoïde régule ces fonctions. Les chercheurs ont constaté qu’une déficience de la signalisation endocannabinoïde entraîne un comportement dépressif. Par conséquent, de nombreux experts pensent que le CBD peut aider à équilibrer ces déficiences et aider le système endocannabinoïde dans ses processus de régulation pour soutenir la santé et le bien-être général. Les efforts de recherche sur le CBD pour la dépression devraient continuer à augmenter rapidement dans les années à venir, et de nombreux experts espèrent travailler sur des preuves solides qui aideront les médecins à recommander plus précisément le CBD par rapport aux alternatives habituelles. D’ici là, la consommation de CBD pour la dépression n’est pas une affirmation prouvée. Jusqu’à présent, les études liant le cannabidiol à des effets antidépresseurs comprennent : Des effets de type antidépresseur du cannabidiol chez la souris : Implication possible des récepteurs 5-HT1A. Une étude de 2010 a conclu que « le CBD produit des effets de type antidépresseur comparables à ceux de l’imipramine. Ces effets du CBD étaient probablement médiés par l’activation des récepteurs 5-HT(1A). » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20002102 Les effets de type antidépresseur et de type anxiolytique du cannabidiol : Composé chimique du Cannabis sativa. Une étude de 2014 a suggéré que « le CBD présente des effets de type anti-anxiété et antidépresseur dans les modèles animaux discutés ». La plupart des études montrent une bonne interaction entre le CBD et le neurorécepteur 5-HT1A ». Pour référence, le récepteur 5-HT1A est un sous-type de récepteurs de la sérotonine souvent ciblé par des médicaments pharmaceutiques tels que les ISRS. Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339 Le rôle putatif de la signalisation endocannabinoïde dans l’étiologie de la dépression et l’action des antidépresseurs. En 2011, il a été rapporté que « Au cours des dernières années, plusieurs avancées ont été réalisées dans la définition du rôle du système endocannabinoïde dans l’étiologie de la dépression et les effets fonctionnels des antidépresseurs. En particulier, une déficience de la signalisation endocannabinoïde est suffisante pour produire un phénotype de type « dépression » au niveau préclinique… et peut provoquer des symptômes de dépression chez l’homme au niveau clinique. En outre, la facilitation de la signalisation endocannabinoïde est suffisante pour susciter tous les effets comportementaux et biochimiques des traitements antidépresseurs conventionnels. » Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21111017 Le cannabidiol provoque des effets de type antidépresseur à action rapide et augmente la neurotransmission corticale 5-HT/glutamate : Rôle des récepteurs 5-HT1A. Étude de 2016. « Nos résultats révèlent que le CBD exerce des effets de type antidépresseur rapides et durables, comme en témoigne l’inversion de l’hyperactivité et de l’anhédonie induites par l’OBX. » Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26711860 10 conseils efficaces pour surmonter la dépression saisonnière La carence en vitamines est presque une épidémie, mais elle s’aggrave généralement en hiver. La vitamine D est une carence courante que la plupart des gens connaissent pendant les mois froids de l’hiver. C’est à la fois une vitamine et une hormone et elle est généralement produite par des réactions chimiques qui se produisent lorsque la peau est exposée au soleil. Pas beaucoup de soleil là où vous vivez ? Dans ce cas, vous pouvez demander à votre médecin de vérifier vos taux de vitamine D. Une supplémentation en vitamine D liquide ou même en huile de foie de morue peut être une bonne solution de rechange à ajouter à votre routine quotidienne. Nous avons pris l’habitude de nous constituer un régime de vitamines matinales pendant les mois les plus froids. Vitamine D, huile de poisson, gommes de CBD et magnésium. Exercice L’exercice est un exhausteur d’humeur naturel et est particulièrement important à cette période de l’année. « Il fonctionne aussi bien que les antidépresseurs chez certaines personnes », déclare le Dr Michael Miller sur le blog de la Harvard Medical School. Il explique également que l’exercice « favorise la croissance des cellules nerveuses dans l’hippocampe, améliorant ainsi les connexions entre les cellules nerveuses, ce qui contribue à atténuer la dépression. » En d’autres termes, l’exercice est bon à la fois pour le corps et pour le cerveau. Tout aussi intéressant, l’exercice peut aider notre corps à produire davantage d’endocannabinoïdes naturels. Ces molécules ont été associées à une meilleure humeur, à une meilleure fonction cognitive et, oui, même à l’euphorie du coureur. Et pourquoi ne pas essayer l’une de nos combinaisons préférées : faire de l’exercice avec des médicaments. Prenez votre routine d’exercice un peu plus loin et offrez-vous une application topique de CBD pour soulager vos muscles endoloris. Cela fait désormais partie de notre routine quotidienne et nous ne reviendrons jamais en arrière. Consommez des graisses saines Consommer suffisamment de graisses saines peut également aider à combattre le blues de l’hiver. Les acides gras oméga-3, que l’on trouve dans le poisson, les autres fruits de mer et certains fruits à coque, sont extrêmement importants car notre organisme ne les produit pas naturellement. Cependant, lorsque l’apport en oméga-3 est suffisamment élevé (et associé à un faible apport en oméga-6), de grandes choses se produisent ! Ces sources de graisse forment en fait les éléments constitutifs des endocannabinoïdes, similaires au CBD ! Bien que la consommation de ces aliments ne soit pas le moyen le plus direct de stimuler votre santé, elle peut néanmoins vous faire sentir bien et plein d’espoir. Vous voulez essayer quelque chose de différent et de sain ? Pourquoi ne pas essayer de fabriquer vos propres plantes comestibles à la maison pour vous revitaliser et revitaliser votre estomac. Exposition au froid Exposition au froid – sérieusement. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, n’est-ce pas ? » Et l’exposition sélective au froid peut en fait rendre votre corps plus résistant au froid. Il active les « graisses brunes » productrices de chaleur et peut même aider votre corps à produire davantage d’hormones de bien-être comme la norépinéphrine. Vous pouvez tout essayer, des douches froides aux bains glacés, pour utiliser le froid à votre avantage. Vous ne vous sentez pas si courageux ? Même baisser le thermostat de quelques degrés peut affecter l’activité de la graisse brune dans votre corps. Tester le CBD En parlant de la graisse brune et de ses moyens de vous réchauffer, le CBD peut également aider à activer la graisse brune ! Du moins, selon une étude réalisée en 2016 par l’université de Daegu, en Corée. Les chercheurs ont été inspirés par la théorie selon laquelle cela pourrait faire du CBD un excellent outil pour la perte de poids. Intéressant, non ? Et bien sûr, cela s’ajoute à toutes les autres qualités d’amélioration de l’humeur que l’huile de CBD offre. Chanvre Voulez-vous vous sentir mieux – rapidement ? Si l’huile de CBD ne vous suffit pas, envisagez un produit de chanvre fumable. Notre communauté d’encyclopédie CBD aime la fleur de chanvre pour la sédation instantanée qu’elle procure. De plus, le fait de fumer seul peut être très relaxant ! Si vous avez besoin d’une  » béquille  » hivernale plus saine, la fleur de chanvre peut être ce qu’il vous faut. Vous n’avez pas envie de sortir dans le froid ? Procurez-vous un vaporisateur pour minimiser les odeurs à l’intérieur. Pour le chanvre Loin d’être une drogue d’initiation, le chanvre peut vous aider à tenir à distance d’autres substances (pensez à l’alcool ou au sucre). C’est un moyen idéal de ralentir, de réfléchir et de trouver de la joie même dans les petits moments de la vie. Comme le célèbre chanteur de blues Muddy Waters l’a dit un jour à propos de la plante, « vous savez, c’est bon pour votre tête et ça détend votre corps, vous savez ».Si ce n’est pas une preuve de l’utilité du cannabis, nous ne savons pas ce que c’est. Obtenez beaucoup de lumière Dans de nombreuses régions, la période hivernale est caractérisée par un manque de soleil parfois sévère – même ceux qui vivent dans le sud connaissent des jours plus courts et des nuits plus longues. Bien que nous ayons déjà mentionné le lien avec la vitamine D, ce n’est pas seulement la « vitamine du soleil » qui vous manque Envisagez également d’acheter une lampe de luminothérapie pour vous assurer que votre humeur ne souffre pas. Les plus courageux pourront même essayer un sauna infrarouge. De nombreuses personnes rapportent que ces deux thérapies réduisent leur dépression saisonnière. Envisagez des vacances Si vous vivez dans le nord, pourquoi ne pas faire un voyage dans des pays plus chauds au milieu de l’hiver ? Vous reviendrez rafraîchi, renouvelé et considérablement enrichi en vitamine D. La question est peut-être peu pratique, mais pas inefficace. Considérez-le comme un investissement dans votre santé! Riez un peu… ou riez beaucoup! C’est vrai : le rire est le meilleur remède. Après le cannabis, bien sûr. Mais que faire si vous n’avez pas envie de rire face à l’annonce d’une nouvelle tempête hivernale ? Bonne question. Les neurosciences ont découvert que les émotions fonctionnent dans les deux sens. Nous pouvons donc rire lorsque nous nous sentons bien et nous sentir bien lorsque nous rions. Essayez vous-même ! CBD pour l’anxiété Les troubles anxieux sont la maladie mentale la plus courante aux États-Unis, affectant environ 40 millions d’adultes, soit 18,1 % de la population. Les traitements médicaux les plus courants de l’anxiété aux États-Unis sont l’utilisation de médicaments pharmaceutiques tels que les benzodiazépines, la buspirone, les antidépresseurs et les bêta-bloquants. De nombreuses personnes sont insatisfaites des médicaments (qui ont souvent des effets secondaires graves) et préfèrent chercher des alternatives comme le cannabis médical et le chanvre. Le THC est bien connu pour provoquer de l’anxiété chez certaines personnes, mais des études préliminaires suggèrent que le CBD pourrait avoir un effet différent. Ce composé non psychoactif aide à réduire la réponse au stress, en calmant à la fois un esprit qui s’emballe et un corps fatigué. Si vous trouvez le succès en utilisant le CBD pour traiter l’anxiété, vous pouvez également constater qu’il aide à soulager les troubles gastro-intestinaux, la tension musculaire, les crispations, la fatigue et la douleur chronique qui sont souvent associés aux troubles anxieux. En plus des soins personnels et de la thérapie, de nombreuses personnes intègrent des suppléments à base de cannabinoïdes dans leur régime de traitement pour soulager l’anxiété naturellement. Le meilleur ? Lorsque vous utilisez le CBD, vous profitez des avantages d’un supplément entièrement naturel qui n’est pas toxique, ne crée pas de dépendance et a très peu d’effets secondaires (voire aucun). Sept principaux types d’anxiété : Trouble anxieux généralisé (TAG) Obsessionnel-Trouble compulsif (TOC) Trouble panique Trouble de stress post-traumatique (TSPT) Phobie sociale (trouble d’anxiété sociale) Phobies (peurs irrationnelles) Agoraphobie Des études préliminaires ont associé le CBD à des effets anxiolytiques, et les preuves suggèrent que le système endocannabinoïde de l’organisme module directement les processus liés à l’anxiété. D’autres recherches sont nécessaires pour comprendre toute l’étendue du potentiel anxiolytique du CBD, et les efforts de recherche devraient s’intensifier à mesure que l’intérêt pour le CBD contre l’anxiété ne cesse de croître. Pour comprendre comment appliquer le CBD contre l’anxiété, nous nous tournons vers un certain nombre d’études médicales menées au cours de la dernière décennie. Ces études ont évalué l’efficacité médicale du CBD dans le traitement des personnes souffrant de différents types d’anxiété. Nous examinerons ci-dessous les résultats. Études soutenant l’utilisation du CBD pour soulager l’anxiété Bien que le CBD ait été décrit pour la première fois au milieu des années 1940, jusqu’à récemment, les chercheurs s’intéressaient davantage au THC. Mais au cours de la dernière décennie, les experts ont découvert un certain nombre d’avantages associés au CBD pour l’anxiété et d’autres conditions, ce qui a suscité une plus grande curiosité quant à la valeur médicinale potentielle de la plante de cannabis. Aujourd’hui, la recherche se développe rapidement, et les informations concernant l’implication du système d’administration des endocannabinoïdes dans les processus cérébraux ont conduit certains à remettre en question les effets anxiolytiques potentiels du cannabinoïde. En fait, certaines recherches suggèrent que le cannabidiol pourrait être une option viable pour gérer l’anxiété dans un certain nombre de conditions ou associée à divers problèmes de santé mentale, bien que davantage de preuves soient nécessaires pour renforcer cette affirmation. Certaines études ont exploré la valeur du cannabidiol en tant que médicament anxiolytique lorsqu’il est utilisé seul et en combinaison avec le THC et d’autres cannabinoïdes. D’autres études ont exploré des détails tels que les effets du CBD dans l’anxiété associée au PTSD, y compris un cas pédiatrique. La recherche a également évalué les effets du cannabidiol sur le spectre des troubles liés à l’anxiété et a souligné la valeur significative de l’utilisation du cannabinoïde pour l’anxiété sociale et les troubles connexes. En outre, des études ont montré que le cannabidiol peut avoir une certaine valeur thérapeutique applicable à une gamme de conditions de santé mentale, y compris les troubles de l’anxiété, comme l’amélioration du sommeil et de la concentration ou la gestion du stress. Cependant, il existe peu d’études qui se concentrent directement sur le cannabidiol lorsqu’il est utilisé comme médicament anti-anxiété, comme les suivantes : Le cannabidiol, un composant du Cannabis sativa, comme médicament anxiolytique. Une étude de 2012 a conclu : « Des études utilisant des modèles animaux d’anxiété et impliquant des volontaires sains démontrent clairement un effet de type anxiolytique du CBD. En outre, il a été démontré que le CBD réduit l’anxiété chez les patients souffrant de troubles de l’anxiété sociale. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22729452 Effets de type antidépresseur et de type anxiolytique du cannabidiol : Composé chimique du Cannabis sativa. Une étude de 2014 a suggéré que « le CBD présente des effets de type anti-anxiété et antidépresseur dans les modèles animaux discutés ». La plupart des études ont montré une bonne interaction entre le CBD et le neuro-récepteur 5-HT1A ». Pour référence, le récepteur 5-HT1A est un sous-type de récepteurs de la sérotonine qui sont souvent ciblés par des médicaments pharmaceutiques tels que les ISRS. Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339 Le cannabidiol réduit l’anxiété causée par la simulation d’une prise de parole en public chez des patients souffrant de phobie sociale naïve. Une étude en double aveugle de 2011 a évalué l’utilisation du CBD pour traiter le trouble d’anxiété sociale (TAS) dans un format où les participants simulaient une prise de parole en public. L’étude a révélé que « le prétraitement avec la CBD a réduit de manière significative l’anxiété, les troubles cognitifs et l’inconfort lors des performances de discours et a réduit de manière significative l’anxiété lors des discours anticipés. Le groupe placebo a montré des niveaux plus élevés d’anxiété, de troubles cognitifs, d’inconfort et de vigilance par rapport au groupe témoin… » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21307846 Base neuronale des effets anxiolytiques du cannabidiol (CBD) dans le trouble d’anxiété sociale généralisée : un rapport préliminaire. Une étude menée en 2011. « Par rapport au placebo, le CBD a été associé à une réduction significative de l’anxiété subjective, à une diminution de l’absorption du DPE dans le gyrus parahippocampique gauche, l’hippocampe et le gyrus temporal inférieur, et à une augmentation de l’absorption du DPE dans le gyrus cingulaire postérieur droit. Ces résultats suggèrent que la CBD réduit l’anxiété dans la dépression saisonnière et que cela est lié à ses effets sur l’activité des régions limbiques et paralimbiques du cerveau. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20829306 Efficacité de l’huile de cannabidiol sur l’anxiété pédiatrique et l’insomnie dans le cadre du syndrome de stress post-traumatique : Une étude de 2016 a évalué les effets du CBD sur une fillette de 10 ans souffrant d’anxiété pédiatrique et de syndrome de stress post-traumatique. « Les médicaments pharmaceutiques apportaient un soulagement partiel, mais les résultats n’étaient pas durables et avaient des effets secondaires graves. L’essai de l’huile de CBD a entraîné une réduction durable de l’anxiété et une amélioration constante de la qualité et de la quantité du sommeil du patient. L’huile de CBD, un traitement de plus en plus populaire pour l’anxiété et les problèmes de sommeil, a été documentée comme une alternative efficace aux médicaments pharmaceutiques. Cette étude de cas fournit des données cliniques soutenant l’utilisation de l’huile de CBD comme un traitement sûr pour réduire l’anxiété et améliorer le sommeil chez une jeune fille souffrant de PTSD. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27768570 Comme indiqué ci-dessus, la relation entre le CBD et la réduction de l’anxiété est forte et bien documentée. De nombreuses études ont confirmé l’efficacité du CBD en tant que médicament anxiolytique. CBD pour le PTSD Le syndrome de stress post-traumatique (PTSD) est un trouble très commun avec plus de 3 millions de cas par an aux États-Unis. Les symptômes du SSPT sont souvent inquiétants, notamment les cauchemars, l’évitement de certaines activités, les réactions exacerbées, la dépression et l’anxiété. Le traitement le plus courant du SSPT aux États-Unis est constitué de médicaments pharmaceutiques, qui s’accompagnent souvent d’une longue liste d’effets secondaires graves. Les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) se sentent souvent condamnées à une vie pleine de médicaments – c’est-à-dire jusqu’à ce qu’elles tombent sur les merveilleux effets curatifs du CBD. Le cannabidiol, ou CBD, est un supplément végétal entièrement naturel dérivé du chanvre, et de nombreux rapports anecdotiques montrent des résultats positifs lors de l’utilisation du CBD pour le SSPT. Si le SSPT en lui-même n’est pas guérissable – car l’événement ne peut être revécu – ses symptômes ne devraient plus régir votre vie. Il est intéressant de noter que le SSPT est l’une des conditions approuvées pour la marijuana médicale dans de nombreux États. Les preuves préliminaires suggèrent que le CBD peut être une option de traitement efficace pour le SSPT ainsi que pour certains symptômes associés à ce trouble, comme les problèmes de sommeil et l’anxiété. Cependant, les preuves sont limitées et des progrès scientifiques supplémentaires sont nécessaires avant que le CBD puisse être formellement établi comme une option de traitement de ce trouble. Pour comprendre comment le CBD peut aider à soulager les symptômes du PTSD, nous nous tournons vers un certain nombre d’études médicales menées au cours de la dernière décennie. Ces études ont évalué l’efficacité médicale du CBD dans le traitement des personnes souffrant de différents types de PTSD. Ci-dessous, nous allons examiner les résultats. Études soutenant l’utilisation du CBD dans le PTSD ? » Les preuves de l’existence de la molécule de CBD sont apparues dans les années 1940, mais jusqu’à récemment, les chercheurs s’intéressaient principalement à l’étude du THC. Aujourd’hui, cependant, des études s’efforcent de découvrir les nombreux avantages du CBD, qui peuvent inclure des effets anxiolytiques et antidépresseurs qui pourraient le rendre utile pour combattre certains des symptômes associés au syndrome de stress post-traumatique. Cependant, la recherche a commencé à découvrir le mécanisme par lequel le CBD interagit dans le corps – un système de neurorécepteurs appelé système endocannabinoïde. Les recherches ont montré que ce système est en partie responsable de la régulation et du contrôle de diverses fonctions cérébrales, y compris celles directement liées au syndrome de stress post-traumatique. Les chercheurs qui étudient le système endocannabinoïde ont également découvert un lien entre la déficience en endocannabinoïdes et les patients atteints de SSPT. Par conséquent, de nombreux experts pensent que le CBD peut aider à équilibrer la « perturbation » du système endocannabinoïde des personnes atteintes de ce trouble. En outre, des études ont examiné les effets du CBD lorsqu’il est utilisé en combinaison avec les options thérapeutiques populaires du SSPT et ont constaté qu’il était bénéfique dans le processus d’effacement des souvenirs effrayants. En outre, des études ont montré que le CBD peut aider à soulager d’autres effets secondaires associés à l’anxiété, comme les cauchemars. Les études sur les effets de la CBD sur la santé progressent rapidement et les chercheurs montrent un intérêt considérable pour les troubles de l’anxiété. Bien entendu, il faut encore beaucoup plus de preuves de l’efficacité de la CBD dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique avant qu’elle ne soit officiellement reconnue comme une méthode de traitement. Les efforts de recherche sur l’utilisation et les avantages du CBD pour le TSPT devraient également continuer à augmenter, mais pour l’instant, les études suivantes établissent un lien entre la supplémentation à base de plantes et la condition: Le cannabidiol inhibe les effets comportementaux durables du stress induit par la menace d’un prédateur, avec une implication possible des récepteurs 5HT1A. Une étude de 2012 a révélé que l’administration de CBD dans un modèle de trouble de stress post-traumatique simulé par l’exposition à un prédateur empêchait l’anxiété : Implication possible des récepteurs 5HT1A. Une étude de 2012 a examiné les effets anti-anxiété de l’administration de CBD dans un modèle de stress post-traumatique simulé par l’exposition à un prédateur. Selon l’étude, « l’administration répétée de CBD a empêché les effets anxiogènes prolongés observés après l’exposition à un prédateur, probablement en facilitant la neurotransmission des récepteurs 5HT1A. Nos résultats suggèrent que la CBD a un potentiel bénéfique pour le traitement du trouble de stress post-traumatique et que les récepteurs 5HT1A peuvent être une cible thérapeutique dans ce trouble. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22979992 Réduction des symptômes de stress post-traumatique par la résine de cannabis : une revue des preuves cliniques et neurobiologiques. 2012 Medical Review. » 2012 Medical Review. » présente un rapport de cas d’un patient masculin de 19 ans présentant des symptômes sévères de trouble de stress post-traumatique (TSPT), y compris des flashbacks intenses, des attaques de panique et de l’automutilation, qui a constaté que certains de ses symptômes centraux étaient considérablement réduits en fumant de la résine de cannabis….. Cette revue montre que des études récentes fournissent des preuves soutenant que les patients souffrant de TSPT peuvent gérer leurs symptômes en utilisant des produits à base de cannabis. Le cannabis peut supprimer la puissance ou l’impact émotionnel des souvenirs traumatiques par des mécanismes synergiques qui peuvent faciliter le repos ou le sommeil chez les personnes souffrant de TSPT et les rendre moins anxieuses et moins préoccupées par les souvenirs de flashbacks. La présence de systèmes de signalisation endocannabinoïdes dans les noyaux de détection du stress de l’hypothalamus ainsi que dans les structures limbiques (amygdale) suggère l’importance de ce système dans la régulation des réponses neuroendocriniennes et comportementales au stress. L’accumulation des preuves suggère que les cannabinoïdes pourraient jouer un rôle dans l’extinction de la peur et les effets antidépresseurs. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22736575 Effets bidirectionnels du cannabidiol sur l’extinction de la mémoire de la peur contextuelle étude de 2016. s’est penchée sur la capacité du cannabidiol à favoriser l’extinction de la mémoire de la peur contextuelle et a montré que  » dans des conditions de fort conditionnement à la peur, le CBD a réduit l’expression de la mémoire de la peur contextuelle à la fois de manière aiguë pendant une session d’extinction et plus tard dans un test de rétention de la peur « . » Select more : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5159417/ Efficacité de l’huile de cannabidiol dans l’anxiété et l’insomnie pédiatriques dans le cadre du PTSD : Une étude de 2016 a examiné l’efficacité de l’huile de cannabidiol dans le traitement de l’anxiété et de l’insomnie pédiatriques résultant du SSPT . « La principale conclusion de cette étude de cas est que l’huile de CBD peut être un composé efficace pour réduire l’anxiété et l’insomnie secondaires au PTSD. Cette étude de cas fournit des preuves cliniques soutenant l’utilisation de l’huile de cannabidiol comme moyen sûr de réduire l’anxiété et d’améliorer le sommeil chez une jeune fille souffrant de SSPT. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5101100/ CBD et Schizophrénie : Le CBD comme antipsychotique La recherche nous montre de nombreuses utilisations médicales potentielles du cannabidiol ou CBD. Il a été établi que ce composé chimique dérivé de la plante de cannabis peut jouer un rôle potentiel dans des applications allant de l’anxiété et de la dépression aux éruptions cutanées et aux douleurs articulaires. L’une des utilisations possibles du CBD qui fait l’objet de recherches depuis des années est son potentiel dans le traitement des psychoses ou de la schizophrénie. La schizophrénie est un trouble chronique qui affecte gravement les fonctions cérébrales chez moins d’un pour cent de la population des États-Unis. Les symptômes de ce trouble apparaissent généralement entre 16 et 30 ans, bien que les enfants puissent également être diagnostiqués. Les symptômes sont classés en trois catégories : positifs, négatifs et cognitifs. Les symptômes « positifs » comprennent les comportements psychotiques tels que les hallucinations, les pensées dysfonctionnelles et les troubles du mouvement. Les symptômes « négatifs » sont davantage liés aux émotions et au comportement, comme une diminution de la sensation de plaisir ou une difficulté à initier et à terminer des tâches. Les symptômes « cognitifs » varient en subtilité, mais comprennent des problèmes de concentration et des difficultés à appliquer de nouvelles informations, ou « mémoire de travail ». Bien que les causes de la schizophrénie ne soient pas encore totalement connues, les chercheurs pensent qu’elle est causée par une combinaison de la chimie du cerveau, du patrimoine génétique et de l’environnement. Le traitement se concentre sur les symptômes de la maladie plutôt que sur la maladie elle-même. Même lorsque les symptômes semblent s’améliorer, la schizophrénie nécessite un traitement à vie composé de médicaments (antipsychotiques), d’une thérapie psychosociale et, dans les cas graves, d’une hospitalisation. Cependant, les antipsychotiques ne traitent généralement que les symptômes positifs – les patients restent souvent atteints de symptômes négatifs et cognitifs qui entraînent souvent l’anxiété, la dépression et des troubles de la mémoire et de la capacité à résoudre des problèmes. Les patients atteints de schizophrénie rencontrent des problèmes avec les substances chimiques naturelles du cerveau telles que les neurotransmetteurs comme la dopamine et le glutamate – la maladie du cerveau affecte le système nerveux central et provoque des modèles de communication anormaux entre les cellules du cerveau. Le CBD, un composé chimique non toxique (ou « cannabinoïde ») du cannabis, est maintenant reconnu comme un traitement de la schizophrénie après des années de recherche sur ses effets antipsychotiques. Certaines études ont montré que la consommation de fortes concentrations de CBD dans le cannabis peut entraîner une diminution des épisodes psychotiques. Des preuves suggèrent également qu’il peut aider à traiter les symptômes négatifs et cognitifs que les médicaments antipsychotiques typiques ne traitent pas, et qu’il peut avoir moins d’effets secondaires que les médicaments conventionnels. On pense que le CBD limite la quantité de dopamine (connue sous le nom d' »hormone du bien-être ») qui est bloquée à la suite d’un traitement médicamenteux lorsqu’il est pris en combinaison avec des médicaments antipsychotiques. Il peut également contribuer à soulager les hallucinations et les délires, qui sont des symptômes positifs de la schizophrénie. Bien que la recherche sur le CBD pour la schizophrénie n’en soit qu’à ses débuts, de nombreux chercheurs espèrent que le CBD finira par s’imposer comme une méthode de traitement officielle. Études soutenant l’utilisation du CBD pour la psychose et la schizophrénie La recherche sur le CBD n’en est qu’à ses débuts, car les restrictions légales et l’intérêt intense pour les effets du THC ont éclipsé le cannabidiol pendant un certain temps. Mais aujourd’hui, les experts prennent rapidement conscience de l’énorme potentiel du cannabinoïde en matière de santé, ce qui se traduit par diverses études sur les effets du CBD sur le cerveau et les troubles psychologiques. Les scientifiques ont décidé d’explorer le CBD comme traitement de la schizophrénie en raison de la relation étroite entre le système endocannabinoïde du corps et notre santé mentale globale. Le système endocannabinoïde fonctionne comme un centre de communication entre le cerveau et le corps. Il influence la façon dont nous agissons et réagissons – et est influencé par les phytocannabinoïdes ou les composés (tels que le THC et le CBD) que l’on trouve dans le cannabis. En raison du lien entre le système endocannabinoïde et la fonction cérébrale, les chercheurs ont mené des études confirmant le CBD comme traitement alternatif potentiel de la schizophrénie. Des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que le cannabidiol puisse être officiellement reconnu comme un traitement des troubles mentaux, mais pour l’instant, les études suivantes nous aident à comprendre la relation entre le CBD et la schizophrénie : Le cannabidiol, un composant du Cannabis sativa, en tant que médicament antipsychotique. Une étude de 2006 a passé en revue les essais démontrant les effets antipsychotiques du CBD. L’utilisation du CBD dans des modèles animaux a montré que le CBD produit des effets similaires à ceux des médicaments antipsychotiques atypiques. « En outre, des rapports de cas ouverts de patients schizophrènes traités au CBD et un rapport préliminaire d’un essai clinique contrôlé comparant le CBD à un antipsychotique atypique ont confirmé que ce cannabinoïde peut être un traitement alternatif sûr et bien toléré de la schizophrénie. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16612464 Effets neuronaux et moléculaires du cannabidiol sur le système mésolimbique de la dopamine : Implications pour de nouveaux traitements de la schizophrénie Une étude de 2017 résume les données précliniques et cliniques montrant comment le CBD interagit avec le système des récepteurs de la sérotonine. « Avec les preuves cliniques montrant que la CBD peut normaliser les déficits émotionnels et cognitifs associés à la schizophrénie, la CBD peut représenter un traitement prometteur de la schizophrénie agissant par le biais de nouveaux substrats mésolimbiques moléculaires et neuronaux. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28185872 Les effets de type antipsychotique du cannabidiol et du rimonabant : Un examen systématique des études animales et humaines. Une étude de 2012 visait à établir un lien plus important entre le CBD et les effets antipsychotiques et a conclu : « Les résultats soutiennent largement l’hypothèse d’une activité antipsychotique des deux cannabinoïdes. En revanche, le cannabidiol semble supérieur au rimonabant avec un profil pharmacologique similaire aux antipsychotiques atypiques. » Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22716153 Amélioration de l’interaction sociale, de la reconnaissance et de la mémoire de travail avec un traitement au cannabidiol dans un modèle d’infection prénatale (poly I:C) chez le rat. Une étude de 2017 a révélé que le CBD a un effet direct sur l’interaction sociale, ce qui peut être bénéfique pour les patients atteints de schizophrénie. L’article conclut : « L’administration chronique de CBD peut atténuer les déficits d’interaction sociale et les déficits cognitifs causés par l’infection prénatale par le poly I:C ». Ces nouveaux résultats offrent des implications intéressantes pour l’utilisation potentielle de la CBD dans le traitement des déficits cognitifs et du retrait social dans la schizophrénie. » Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28230072 Une note sur le CBD et les interactions médicamenteuses pour la santé mentale Le CBD a un profil de sécurité plutôt solide et est même approuvé par l’Organisation mondiale de la santé, mais il est important de se rappeler qu’il peut y avoir des interactions avec d’autres médicaments que vous prenez quotidiennement. De même que vous pouvez trouver sur les étiquettes des médicaments des avertissements vous enjoignant de ne pas prendre vos pilules avec du jus de pamplemousse, le CBD agit de la même manière, en perturbant l’effet de certains médicaments. En effet, le CBD est métabolisé par le groupe d’enzymes du cytochrome P450, le même groupe d’enzymes hépatiques qui est nécessaire pour métaboliser la plupart des médicaments sur ordonnance. De nombreux médicaments sur ordonnance pris pour des troubles mentaux utilisent les voies du cytochrome P450 pour l’absorption et peuvent interagir avec le CBD. Cette interaction n’est généralement pas dangereuse, mais elle entraîne une baisse des taux d’enzymes hépatiques après la prise de CBD, ce qui peut interférer avec l’absorption d’autres médicaments. Cette interaction peut présenter un certain risque si le médicament est destiné à traiter des symptômes potentiellement mortels. Toutefois, cet effet du CBD sur les enzymes du cytochrome P450 est temporaire, tout comme le jus de pamplemousse. Il suffit généralement d’échelonner les doses pour éviter une interaction entre le CBD et vos médicaments habituels, mais vous devez toujours parler du CBD à votre médecin avant de commencer, surtout si vous prenez déjà des anticonvulsivants ou d’autres prescriptions tous les jours. YouTube video: Voici 19 façons d’utiliser le CBD pour lutter contre la dépression, l’anxiété, etc.
  3. Dose générale recommandée
  4. Dosage pour le SSPT et la schizophrénie
  5. Autres méthodes de consommation
  6. CBD pour la dépression
  7. Comment le CBD aide la dépression
  8. Études soutenant le potentiel du CBD pour la dépression
  9. 10 conseils efficaces pour surmonter la dépression saisonnière
  10. Exercice
  11. Consommez des graisses saines
  12. Exposition au froid
  13. Tester le CBD
  14. Chanvre
  15. Pour le chanvre
  16. Obtenez beaucoup de lumière
  17. Envisagez des vacances
  18. Riez un peu… ou riez beaucoup!
  19. CBD pour l’anxiété
  20. Sept principaux types d’anxiété :
  21. Études soutenant l’utilisation du CBD pour soulager l’anxiété
  22. Le cannabidiol, un composant du Cannabis sativa, comme médicament anxiolytique.
  23. Effets de type antidépresseur et de type anxiolytique du cannabidiol : Composé chimique du Cannabis sativa.
  24. Le cannabidiol réduit l’anxiété causée par la simulation d’une prise de parole en public chez des patients souffrant de phobie sociale naïve.
  25. Base neuronale des effets anxiolytiques du cannabidiol (CBD) dans le trouble d’anxiété sociale généralisée : un rapport préliminaire.
  26. Efficacité de l’huile de cannabidiol sur l’anxiété pédiatrique et l’insomnie dans le cadre du syndrome de stress post-traumatique :
  27. CBD pour le PTSD
  28. Études soutenant l’utilisation du CBD dans le PTSD ? »
  29. Le cannabidiol inhibe les effets comportementaux durables du stress induit par la menace d’un prédateur, avec une implication possible des récepteurs 5HT1A.
  30. Réduction des symptômes de stress post-traumatique par la résine de cannabis : une revue des preuves cliniques et neurobiologiques.
  31. Effets bidirectionnels du cannabidiol sur l’extinction de la mémoire de la peur contextuelle
  32. Efficacité de l’huile de cannabidiol dans l’anxiété et l’insomnie pédiatriques dans le cadre du PTSD : Une étude de 2016 a examiné l’efficacité de l’huile de cannabidiol dans le traitement de l’anxiété et de l’insomnie pédiatriques résultant du SSPT
  33. CBD et Schizophrénie : Le CBD comme antipsychotique
  34. Études soutenant l’utilisation du CBD pour la psychose et la schizophrénie
  35. Une note sur le CBD et les interactions médicamenteuses pour la santé mentale
  36. YouTube video: Voici 19 façons d’utiliser le CBD pour lutter contre la dépression, l’anxiété, etc.

Meilleures pratiques : Produits CBD pour la santé mentale

Lorsque vous développez une routine CBD pour aider à gérer une condition, vous devez d’abord comprendre que le CBD n’a pas encore été prouvé efficace comme traitement pour l’une de ces conditions de santé mentale. Cependant, des preuves anecdotiques encouragent de nombreuses personnes à essayer le CBD par elles-mêmes. Comme de nombreux médicaments et suppléments utilisés pour traiter la santé mentale, vous voulez d’abord créer une concentration de base dans votre corps en prenant régulièrement du CBD. Le CBD peut alors également être utilisé pour gérer les poussées aiguës ou les mauvaises journées, en vous offrant une détente maximale tout au long de la journée.

Il existe de nombreux produits CBD différents, mais pour la gestion de la santé mentale, nous recommandons d’utiliser quotidiennement de l’huile de CBD à spectre complet, de préférence sous forme de teinture ou de capsule de gel.

Ces deux produits sont presque identiques, sauf pour le facteur de forme et le dosage ou la différence entre une teinture sublinguale et une capsule orale. Lorsque vous recherchez des teintures et des gélules de haute qualité, gardez à l’esprit que le CBD doit être associé à une huile de support telle que l’huile MCT ou l’huile de chanvre afin d’être correctement absorbé par l’organisme.

Si cela suffit souvent à traiter les symptômes courants et quotidiens, de nombreuses personnes constatent qu’elles ont encore besoin d’utiliser le cannabidiol pour gérer les poussées de symptômes ou pour les jours particulièrement graves.

Les poussées aiguës surviennent souvent dans les cas de dépression, d’anxiété et de stress post-traumatique, où les expériences individuelles sont plus intenses en raison de facteurs situationnels ou individuels. Pour lutter contre ces exacerbations aiguës, nous recommandons la vaporisation d’isolat de CBD. Nous constatons souvent que le vapotage est la meilleure méthode de consommation pour faire face aux poussées soudaines. Lorsque vous vaporisez de l’isolat de CBD, une version pure à 99 % du CBD, vous pouvez ressentir un soulagement presque instantané dans tout votre corps.

Vous pouvez également prendre davantage de la gélule ou de la teinture que vous avez choisie pour vous aider à gérer ces poussées aiguës, mais les effets mettront beaucoup plus de temps à se manifester.

Souvent, la meilleure façon de gérer les affections modérées à sévères, les affections récurrentes ou les affections causées par plusieurs maladies chroniques est de combiner deux ou plusieurs méthodes thérapeutiques différentes pour gérer les symptômes et les poussées quotidiennes. Si l’utilisation du CBD pour votre santé mentale fonctionne pour vous, vous pourriez envisager une combinaison de différents produits CBD pour frapper vos troubles de l’humeur sous tous les angles.

Meilleures pratiques : Le choix du bon dosage pour vous est un processus qui fait intervenir vos caractéristiques uniques, telles que l’affection que vous souhaitez traiter, la gravité de l’affection, votre tolérance aux suppléments à base de cannabinoïdes, votre poids corporel, etc. Si vous êtes nouveau dans l’utilisation du cannabidiol, vous devrez peut-être commencer par une dose plus faible et l’augmenter pour surveiller les effets et décider d’une dose efficace.

Il existe de nombreux produits prometteurs sur le marché, mais nous recommandons de prendre quotidiennement une huile de CBD pleine puissance sous forme de teintures ou de capsules de gel.

Dose générale recommandée

Débutez avec 5 à 10 mg de CBD par jour pour la santé mentale. Si vous ne ressentez pas de soulagement à cette dose, nous vous recommandons d’augmenter de 5 à 10 mg jusqu’à l’obtention de l’effet désiré. Les teintures peuvent être mesurées goutte à goutte, ce qui permet d’augmenter facilement la dose de façon minimale jusqu’à ce que vous trouviez ce qui fonctionne pour vous.

Dosage pour le SSPT et la schizophrénie

Nous recommandons aux personnes souffrant de SSPT ou de schizophrénie de commencer par 25 mg de CBD par jour. Si cette dose ne procure pas un soulagement complet, nous recommandons d’augmenter de 5 à 10 mg par jour jusqu’à ce que les effets désirés soient atteints.

Gestion des exacerbations aiguës de l’anxiété, de la dépression ou du TSPT

Si vous préférez, vous pouvez prendre plus de capsules de gel ou de teintures pour combattre les exacerbations aiguës, mais gardez à l’esprit que leur effet dure beaucoup plus longtemps que le CBD vaporisé pour l’anxiété – environ 1.5 minutes contre 10 heures.

Beaucoup de gens trouvent que le régime de CBD le plus efficace pour l’anxiété implique une combinaison de produits de CBD de haute qualité et que votre régime de CBD devrait être unique pour vous.

Autres méthodes de consommation

Les capsules de gel viennent en doses prémesurées et la dose moyenne est d’environ 10 mg chacune. Heureusement, vous ne pouvez pas faire d’overdose de CBD, vous pouvez donc commencer par une capsule de 10 mg ou autant que vous êtes à l’aise.

Ensuite, surveillez les effets et augmentez la dose si nécessaire pour éliminer les symptômes. Notez que les teintures et les gélules mettent plus de temps à être métabolisées, et que leur effet est donc généralement plus durable. Certaines personnes rapportent que ces comprimés ingérables procurent un soulagement tout au long de la journée. La seule chose à prendre en compte est que les produits d’ingestion de CBD prennent un certain temps – il faut parfois jusqu’à 90 minutes pour ressentir l’effet complet, alors soyez patient avant d’augmenter votre dose. Heureusement, les vaporisateurs de CBD procurent un soulagement rapide en une dizaine de minutes. Vous pouvez facilement prendre une dose et attendre dix minutes après l’avoir avalée pour décider si vous avez besoin d’une autre dose. En fin de compte, cette méthode vous aidera à avoir une idée du nombre de coups dont vous avez besoin dans le vaporisateur pour ressentir un soulagement complet.

CBD pour la dépression

La dépression est une maladie mentale commune qui affecte des millions de personnes dans le monde chaque année. Les recherches montrent que près de la moitié d’entre nous connaîtront un épisode de dépression à un moment donné de leur vie, et pour certains d’entre nous, la dépression est durable et peut mettre la vie en danger.

Nos options pour traiter la dépression ont longtemps été limitées et inefficaces, mais le changement est peut-être à l’horizon. Des preuves préliminaires suggèrent que nous pourrions trouver un remède naturel dans l’utilisation de la CBD pour la dépression, mais des preuves supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces affirmations. Nous allons discuter des preuves scientifiques disponibles pour la dépression, y compris la meilleure façon d’utiliser le CBD.

Comment le CBD aide la dépression

Ceux qui souffrent de dépression mais ne veulent pas avoir recours aux médicaments pharmaceutiques se tournent souvent vers des options de traitement à base de cannabinoïdes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression touche plus de 350 millions de personnes de tous âges dans le monde. Une dépression non traitée peut entraîner de nombreux effets néfastes sur la santé et même un décès prématuré, il est donc important de traiter la dépression.

Les traitements médicaux les plus courants de la dépression aux États-Unis sont des médicaments pharmaceutiques qui agissent pour corriger les déséquilibres chimiques dans le cerveau. Il peut s’agir d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et de leurs cousins inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (ou IRSN), d’antipsychotiques (et/ou d’antipsychotiques atypiques), d’agonistes de la dopamine et de nombreux médicaments utilisés pour traiter l’anxiété, comme les benzodiazépines.

Le problème de ces médicaments est qu’ils entraînent souvent des problèmes de dépendance. De plus, la liste des effets secondaires dépasse de loin celle des avantages – pourquoi le suicide est-il un effet secondaire accepté des antidépresseurs ? Nous ne connaissons pas la réponse à cette question, mais nous savons que de nombreuses personnes abandonnent ces médicaments traditionnels et se tournent vers des méthodes de traitement plus naturelles, dans de nombreux cas la CBD. Les preuves actuelles, bien que préliminaires, soutiennent la théorie de la CBD pour la dépression et d’autres troubles de l’humeur.

Pour démontrer le potentiel thérapeutique de la CBD pour la dépression, nous allons analyser un certain nombre d’études menées au cours des 10 dernières années. Nous présentons ci-dessous les résultats de ces études, en soulignant les principales conclusions. Nous fournirons également quelques conseils sur la stratégie de dosage, ainsi qu’une note sur les interactions médicamenteuses potentielles.

Études soutenant le potentiel du CBD pour la dépression

La découverte de la molécule de CBD remonte à près de cent ans, mais la recherche sur la valeur thérapeutique du cannabis s’est jusqu’à récemment concentrée principalement sur le THC. Aujourd’hui, les experts commencent à faire la lumière sur la valeur thérapeutique du CBD, et la recherche sur l’utilisation de ce cannabinoïde non psychoactif se développe rapidement.

Dans cette optique, les informations sur l’utilisation du cannabidiol pour les troubles mentaux tels que la dépression sont très demandées. Les chercheurs se sont intéressés aux effets du CBD sur la dépression après avoir trouvé des preuves des effets anxiolytiques potentiels de ce supplément. Bien que les recherches soient actuellement limitées, il existe des preuves que le CBD peut avoir des valeurs thérapeutiques potentielles qui en font une option viable pour la régulation de l’humeur.

La plupart des recherches sur les cannabinoïdes pour la dépression et les maladies connexes concernent des souris, mais il existe également des preuves impliquant une expérience humaine avec le cannabidiol. La recherche s’est spécifiquement penchée sur les effets du cannabidiol sur les processus neuronaux et les fonctions cérébrales associés à la dépression, ainsi que sur les nombreuses façons dont le système endocannabinoïde régule ces fonctions.

Les chercheurs ont constaté qu’une déficience de la signalisation endocannabinoïde entraîne un comportement dépressif. Par conséquent, de nombreux experts pensent que le CBD peut aider à équilibrer ces déficiences et aider le système endocannabinoïde dans ses processus de régulation pour soutenir la santé et le bien-être général.

Les efforts de recherche sur le CBD pour la dépression devraient continuer à augmenter rapidement dans les années à venir, et de nombreux experts espèrent travailler sur des preuves solides qui aideront les médecins à recommander plus précisément le CBD par rapport aux alternatives habituelles. D’ici là, la consommation de CBD pour la dépression n’est pas une affirmation prouvée. Jusqu’à présent, les études liant le cannabidiol à des effets antidépresseurs comprennent :

Des effets de type antidépresseur du cannabidiol chez la souris : Implication possible des récepteurs 5-HT1A.

Une étude de 2010 a conclu que « le CBD produit des effets de type antidépresseur comparables à ceux de l’imipramine. Ces effets du CBD étaient probablement médiés par l’activation des récepteurs 5-HT(1A). »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20002102

Les effets de type antidépresseur et de type anxiolytique du cannabidiol : Composé chimique du Cannabis sativa.

Une étude de 2014 a suggéré que « le CBD présente des effets de type anti-anxiété et antidépresseur dans les modèles animaux discutés ». La plupart des études montrent une bonne interaction entre le CBD et le neurorécepteur 5-HT1A ». Pour référence, le récepteur 5-HT1A est un sous-type de récepteurs de la sérotonine souvent ciblé par des médicaments pharmaceutiques tels que les ISRS.

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339

Le rôle putatif de la signalisation endocannabinoïde dans l’étiologie de la dépression et l’action des antidépresseurs.

En 2011, il a été rapporté que « Au cours des dernières années, plusieurs avancées ont été réalisées dans la définition du rôle du système endocannabinoïde dans l’étiologie de la dépression et les effets fonctionnels des antidépresseurs. En particulier, une déficience de la signalisation endocannabinoïde est suffisante pour produire un phénotype de type « dépression » au niveau préclinique… et peut provoquer des symptômes de dépression chez l’homme au niveau clinique. En outre, la facilitation de la signalisation endocannabinoïde est suffisante pour susciter tous les effets comportementaux et biochimiques des traitements antidépresseurs conventionnels. »

Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21111017

Le cannabidiol provoque des effets de type antidépresseur à action rapide et augmente la neurotransmission corticale 5-HT/glutamate : Rôle des récepteurs 5-HT1A.

Étude de 2016. « Nos résultats révèlent que le CBD exerce des effets de type antidépresseur rapides et durables, comme en témoigne l’inversion de l’hyperactivité et de l’anhédonie induites par l’OBX. »

Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26711860

10 conseils efficaces pour surmonter la dépression saisonnière

La carence en vitamines est presque une épidémie, mais elle s’aggrave généralement en hiver. La vitamine D est une carence courante que la plupart des gens connaissent pendant les mois froids de l’hiver. C’est à la fois une vitamine et une hormone et elle est généralement produite par des réactions chimiques qui se produisent lorsque la peau est exposée au soleil.

Pas beaucoup de soleil là où vous vivez ? Dans ce cas, vous pouvez demander à votre médecin de vérifier vos taux de vitamine D. Une supplémentation en vitamine D liquide ou même en huile de foie de morue peut être une bonne solution de rechange à ajouter à votre routine quotidienne.

Nous avons pris l’habitude de nous constituer un régime de vitamines matinales pendant les mois les plus froids. Vitamine D, huile de poisson, gommes de CBD et magnésium.

Exercice

L’exercice est un exhausteur d’humeur naturel et est particulièrement important à cette période de l’année. « Il fonctionne aussi bien que les antidépresseurs chez certaines personnes », déclare le Dr Michael Miller sur le blog de la Harvard Medical School. Il explique également que l’exercice « favorise la croissance des cellules nerveuses dans l’hippocampe, améliorant ainsi les connexions entre les cellules nerveuses, ce qui contribue à atténuer la dépression. » En d’autres termes, l’exercice est bon à la fois pour le corps et pour le cerveau.

Tout aussi intéressant, l’exercice peut aider notre corps à produire davantage d’endocannabinoïdes naturels. Ces molécules ont été associées à une meilleure humeur, à une meilleure fonction cognitive et, oui, même à l’euphorie du coureur. Et pourquoi ne pas essayer l’une de nos combinaisons préférées : faire de l’exercice avec des médicaments.

Prenez votre routine d’exercice un peu plus loin et offrez-vous une application topique de CBD pour soulager vos muscles endoloris. Cela fait désormais partie de notre routine quotidienne et nous ne reviendrons jamais en arrière.

Consommez des graisses saines

Consommer suffisamment de graisses saines peut également aider à combattre le blues de l’hiver. Les acides gras oméga-3, que l’on trouve dans le poisson, les autres fruits de mer et certains fruits à coque, sont extrêmement importants car notre organisme ne les produit pas naturellement.

Cependant, lorsque l’apport en oméga-3 est suffisamment élevé (et associé à un faible apport en oméga-6), de grandes choses se produisent ! Ces sources de graisse forment en fait les éléments constitutifs des endocannabinoïdes, similaires au CBD ! Bien que la consommation de ces aliments ne soit pas le moyen le plus direct de stimuler votre santé, elle peut néanmoins vous faire sentir bien et plein d’espoir.

Vous voulez essayer quelque chose de différent et de sain ? Pourquoi ne pas essayer de fabriquer vos propres plantes comestibles à la maison pour vous revitaliser et revitaliser votre estomac.

Exposition au froid

Exposition au froid – sérieusement. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort, n’est-ce pas ? »

Et l’exposition sélective au froid peut en fait rendre votre corps plus résistant au froid. Il active les « graisses brunes » productrices de chaleur et peut même aider votre corps à produire davantage d’hormones de bien-être comme la norépinéphrine.

Vous pouvez tout essayer, des douches froides aux bains glacés, pour utiliser le froid à votre avantage. Vous ne vous sentez pas si courageux ? Même baisser le thermostat de quelques degrés peut affecter l’activité de la graisse brune dans votre corps.

Tester le CBD

En parlant de la graisse brune et de ses moyens de vous réchauffer, le CBD peut également aider à activer la graisse brune ! Du moins, selon une étude réalisée en 2016 par l’université de Daegu, en Corée. Les chercheurs ont été inspirés par la théorie selon laquelle cela pourrait faire du CBD un excellent outil pour la perte de poids.

Intéressant, non ? Et bien sûr, cela s’ajoute à toutes les autres qualités d’amélioration de l’humeur que l’huile de CBD offre.

Chanvre

Voulez-vous vous sentir mieux – rapidement ? Si l’huile de CBD ne vous suffit pas, envisagez un produit de chanvre fumable. Notre communauté d’encyclopédie CBD aime la fleur de chanvre pour la sédation instantanée qu’elle procure. De plus, le fait de fumer seul peut être très relaxant ! Si vous avez besoin d’une  » béquille  » hivernale plus saine, la fleur de chanvre peut être ce qu’il vous faut.

Vous n’avez pas envie de sortir dans le froid ? Procurez-vous un vaporisateur pour minimiser les odeurs à l’intérieur.

Pour le chanvre

Loin d’être une drogue d’initiation, le chanvre peut vous aider à tenir à distance d’autres substances (pensez à l’alcool ou au sucre). C’est un moyen idéal de ralentir, de réfléchir et de trouver de la joie même dans les petits moments de la vie.

Comme le célèbre chanteur de blues Muddy Waters l’a dit un jour à propos de la plante, « vous savez, c’est bon pour votre tête et ça détend votre corps, vous savez ».Si ce n’est pas une preuve de l’utilité du cannabis, nous ne savons pas ce que c’est.

Obtenez beaucoup de lumière

Dans de nombreuses régions, la période hivernale est caractérisée par un manque de soleil parfois sévère – même ceux qui vivent dans le sud connaissent des jours plus courts et des nuits plus longues. Bien que nous ayons déjà mentionné le lien avec la vitamine D, ce n’est pas seulement la « vitamine du soleil » qui vous manque

Envisagez également d’acheter une lampe de luminothérapie pour vous assurer que votre humeur ne souffre pas. Les plus courageux pourront même essayer un sauna infrarouge. De nombreuses personnes rapportent que ces deux thérapies réduisent leur dépression saisonnière.

Envisagez des vacances

Si vous vivez dans le nord, pourquoi ne pas faire un voyage dans des pays plus chauds au milieu de l’hiver ? Vous reviendrez rafraîchi, renouvelé et considérablement enrichi en vitamine D.

La question est peut-être peu pratique, mais pas inefficace. Considérez-le comme un investissement dans votre santé!

Riez un peu… ou riez beaucoup!

C’est vrai : le rire est le meilleur remède. Après le cannabis, bien sûr.

Mais que faire si vous n’avez pas envie de rire face à l’annonce d’une nouvelle tempête hivernale ? Bonne question. Les neurosciences ont découvert que les émotions fonctionnent dans les deux sens. Nous pouvons donc rire lorsque nous nous sentons bien et nous sentir bien lorsque nous rions. Essayez vous-même !

CBD pour l’anxiété

Les troubles anxieux sont la maladie mentale la plus courante aux États-Unis, affectant environ 40 millions d’adultes, soit 18,1 % de la population. Les traitements médicaux les plus courants de l’anxiété aux États-Unis sont l’utilisation de médicaments pharmaceutiques tels que les benzodiazépines, la buspirone, les antidépresseurs et les bêta-bloquants. De nombreuses personnes sont insatisfaites des médicaments (qui ont souvent des effets secondaires graves) et préfèrent chercher des alternatives comme le cannabis médical et le chanvre.

Le THC est bien connu pour provoquer de l’anxiété chez certaines personnes, mais des études préliminaires suggèrent que le CBD pourrait avoir un effet différent. Ce composé non psychoactif aide à réduire la réponse au stress, en calmant à la fois un esprit qui s’emballe et un corps fatigué. Si vous trouvez le succès en utilisant le CBD pour traiter l’anxiété, vous pouvez également constater qu’il aide à soulager les troubles gastro-intestinaux, la tension musculaire, les crispations, la fatigue et la douleur chronique qui sont souvent associés aux troubles anxieux.

En plus des soins personnels et de la thérapie, de nombreuses personnes intègrent des suppléments à base de cannabinoïdes dans leur régime de traitement pour soulager l’anxiété naturellement. Le meilleur ? Lorsque vous utilisez le CBD, vous profitez des avantages d’un supplément entièrement naturel qui n’est pas toxique, ne crée pas de dépendance et a très peu d’effets secondaires (voire aucun).

Sept principaux types d’anxiété :

  • Trouble anxieux généralisé (TAG)
  • Obsessionnel-Trouble compulsif (TOC)
  • Trouble panique
  • Trouble de stress post-traumatique (TSPT)
  • Phobie sociale (trouble d’anxiété sociale)
  • Phobies (peurs irrationnelles)
  • Agoraphobie

Des études préliminaires ont associé le CBD à des effets anxiolytiques, et les preuves suggèrent que le système endocannabinoïde de l’organisme module directement les processus liés à l’anxiété. D’autres recherches sont nécessaires pour comprendre toute l’étendue du potentiel anxiolytique du CBD, et les efforts de recherche devraient s’intensifier à mesure que l’intérêt pour le CBD contre l’anxiété ne cesse de croître.

Pour comprendre comment appliquer le CBD contre l’anxiété, nous nous tournons vers un certain nombre d’études médicales menées au cours de la dernière décennie. Ces études ont évalué l’efficacité médicale du CBD dans le traitement des personnes souffrant de différents types d’anxiété. Nous examinerons ci-dessous les résultats.

Études soutenant l’utilisation du CBD pour soulager l’anxiété

Bien que le CBD ait été décrit pour la première fois au milieu des années 1940, jusqu’à récemment, les chercheurs s’intéressaient davantage au THC. Mais au cours de la dernière décennie, les experts ont découvert un certain nombre d’avantages associés au CBD pour l’anxiété et d’autres conditions, ce qui a suscité une plus grande curiosité quant à la valeur médicinale potentielle de la plante de cannabis. Aujourd’hui, la recherche se développe rapidement, et les informations concernant l’implication du système d’administration des endocannabinoïdes dans les processus cérébraux ont conduit certains à remettre en question les effets anxiolytiques potentiels du cannabinoïde.

En fait, certaines recherches suggèrent que le cannabidiol pourrait être une option viable pour gérer l’anxiété dans un certain nombre de conditions ou associée à divers problèmes de santé mentale, bien que davantage de preuves soient nécessaires pour renforcer cette affirmation. Certaines études ont exploré la valeur du cannabidiol en tant que médicament anxiolytique lorsqu’il est utilisé seul et en combinaison avec le THC et d’autres cannabinoïdes.

D’autres études ont exploré des détails tels que les effets du CBD dans l’anxiété associée au PTSD, y compris un cas pédiatrique. La recherche a également évalué les effets du cannabidiol sur le spectre des troubles liés à l’anxiété et a souligné la valeur significative de l’utilisation du cannabinoïde pour l’anxiété sociale et les troubles connexes.

En outre, des études ont montré que le cannabidiol peut avoir une certaine valeur thérapeutique applicable à une gamme de conditions de santé mentale, y compris les troubles de l’anxiété, comme l’amélioration du sommeil et de la concentration ou la gestion du stress. Cependant, il existe peu d’études qui se concentrent directement sur le cannabidiol lorsqu’il est utilisé comme médicament anti-anxiété, comme les suivantes :

Le cannabidiol, un composant du Cannabis sativa, comme médicament anxiolytique.

Une étude de 2012 a conclu : « Des études utilisant des modèles animaux d’anxiété et impliquant des volontaires sains démontrent clairement un effet de type anxiolytique du CBD. En outre, il a été démontré que le CBD réduit l’anxiété chez les patients souffrant de troubles de l’anxiété sociale. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22729452

Effets de type antidépresseur et de type anxiolytique du cannabidiol : Composé chimique du Cannabis sativa.

Une étude de 2014 a suggéré que « le CBD présente des effets de type anti-anxiété et antidépresseur dans les modèles animaux discutés ». La plupart des études ont montré une bonne interaction entre le CBD et le neuro-récepteur 5-HT1A ». Pour référence, le récepteur 5-HT1A est un sous-type de récepteurs de la sérotonine qui sont souvent ciblés par des médicaments pharmaceutiques tels que les ISRS.

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24923339

Le cannabidiol réduit l’anxiété causée par la simulation d’une prise de parole en public chez des patients souffrant de phobie sociale naïve.

Une étude en double aveugle de 2011 a évalué l’utilisation du CBD pour traiter le trouble d’anxiété sociale (TAS) dans un format où les participants simulaient une prise de parole en public. L’étude a révélé que « le prétraitement avec la CBD a réduit de manière significative l’anxiété, les troubles cognitifs et l’inconfort lors des performances de discours et a réduit de manière significative l’anxiété lors des discours anticipés. Le groupe placebo a montré des niveaux plus élevés d’anxiété, de troubles cognitifs, d’inconfort et de vigilance par rapport au groupe témoin… »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21307846

Base neuronale des effets anxiolytiques du cannabidiol (CBD) dans le trouble d’anxiété sociale généralisée : un rapport préliminaire.

Une étude menée en 2011. « Par rapport au placebo, le CBD a été associé à une réduction significative de l’anxiété subjective, à une diminution de l’absorption du DPE dans le gyrus parahippocampique gauche, l’hippocampe et le gyrus temporal inférieur, et à une augmentation de l’absorption du DPE dans le gyrus cingulaire postérieur droit. Ces résultats suggèrent que la CBD réduit l’anxiété dans la dépression saisonnière et que cela est lié à ses effets sur l’activité des régions limbiques et paralimbiques du cerveau. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20829306

Efficacité de l’huile de cannabidiol sur l’anxiété pédiatrique et l’insomnie dans le cadre du syndrome de stress post-traumatique :

Une étude de 2016 a évalué les effets du CBD sur une fillette de 10 ans souffrant d’anxiété pédiatrique et de syndrome de stress post-traumatique. « Les médicaments pharmaceutiques apportaient un soulagement partiel, mais les résultats n’étaient pas durables et avaient des effets secondaires graves. L’essai de l’huile de CBD a entraîné une réduction durable de l’anxiété et une amélioration constante de la qualité et de la quantité du sommeil du patient. L’huile de CBD, un traitement de plus en plus populaire pour l’anxiété et les problèmes de sommeil, a été documentée comme une alternative efficace aux médicaments pharmaceutiques. Cette étude de cas fournit des données cliniques soutenant l’utilisation de l’huile de CBD comme un traitement sûr pour réduire l’anxiété et améliorer le sommeil chez une jeune fille souffrant de PTSD. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27768570

Comme indiqué ci-dessus, la relation entre le CBD et la réduction de l’anxiété est forte et bien documentée. De nombreuses études ont confirmé l’efficacité du CBD en tant que médicament anxiolytique.

CBD pour le PTSD

Le syndrome de stress post-traumatique (PTSD) est un trouble très commun avec plus de 3 millions de cas par an aux États-Unis. Les symptômes du SSPT sont souvent inquiétants, notamment les cauchemars, l’évitement de certaines activités, les réactions exacerbées, la dépression et l’anxiété.

Le traitement le plus courant du SSPT aux États-Unis est constitué de médicaments pharmaceutiques, qui s’accompagnent souvent d’une longue liste d’effets secondaires graves. Les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) se sentent souvent condamnées à une vie pleine de médicaments – c’est-à-dire jusqu’à ce qu’elles tombent sur les merveilleux effets curatifs du CBD.

Le cannabidiol, ou CBD, est un supplément végétal entièrement naturel dérivé du chanvre, et de nombreux rapports anecdotiques montrent des résultats positifs lors de l’utilisation du CBD pour le SSPT. Si le SSPT en lui-même n’est pas guérissable – car l’événement ne peut être revécu – ses symptômes ne devraient plus régir votre vie. Il est intéressant de noter que le SSPT est l’une des conditions approuvées pour la marijuana médicale dans de nombreux États.

Les preuves préliminaires suggèrent que le CBD peut être une option de traitement efficace pour le SSPT ainsi que pour certains symptômes associés à ce trouble, comme les problèmes de sommeil et l’anxiété. Cependant, les preuves sont limitées et des progrès scientifiques supplémentaires sont nécessaires avant que le CBD puisse être formellement établi comme une option de traitement de ce trouble.

Pour comprendre comment le CBD peut aider à soulager les symptômes du PTSD, nous nous tournons vers un certain nombre d’études médicales menées au cours de la dernière décennie. Ces études ont évalué l’efficacité médicale du CBD dans le traitement des personnes souffrant de différents types de PTSD. Ci-dessous, nous allons examiner les résultats.

Études soutenant l’utilisation du CBD dans le PTSD ? »

Les preuves de l’existence de la molécule de CBD sont apparues dans les années 1940, mais jusqu’à récemment, les chercheurs s’intéressaient principalement à l’étude du THC. Aujourd’hui, cependant, des études s’efforcent de découvrir les nombreux avantages du CBD, qui peuvent inclure des effets anxiolytiques et antidépresseurs qui pourraient le rendre utile pour combattre certains des symptômes associés au syndrome de stress post-traumatique.

Cependant, la recherche a commencé à découvrir le mécanisme par lequel le CBD interagit dans le corps – un système de neurorécepteurs appelé système endocannabinoïde. Les recherches ont montré que ce système est en partie responsable de la régulation et du contrôle de diverses fonctions cérébrales, y compris celles directement liées au syndrome de stress post-traumatique.

Les chercheurs qui étudient le système endocannabinoïde ont également découvert un lien entre la déficience en endocannabinoïdes et les patients atteints de SSPT. Par conséquent, de nombreux experts pensent que le CBD peut aider à équilibrer la « perturbation » du système endocannabinoïde des personnes atteintes de ce trouble.

En outre, des études ont examiné les effets du CBD lorsqu’il est utilisé en combinaison avec les options thérapeutiques populaires du SSPT et ont constaté qu’il était bénéfique dans le processus d’effacement des souvenirs effrayants. En outre, des études ont montré que le CBD peut aider à soulager d’autres effets secondaires associés à l’anxiété, comme les cauchemars. Les études sur les effets de la CBD sur la santé progressent rapidement et les chercheurs montrent un intérêt considérable pour les troubles de l’anxiété. Bien entendu, il faut encore beaucoup plus de preuves de l’efficacité de la CBD dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique avant qu’elle ne soit officiellement reconnue comme une méthode de traitement. Les efforts de recherche sur l’utilisation et les avantages du CBD pour le TSPT devraient également continuer à augmenter, mais pour l’instant, les études suivantes établissent un lien entre la supplémentation à base de plantes et la condition:

Le cannabidiol inhibe les effets comportementaux durables du stress induit par la menace d’un prédateur, avec une implication possible des récepteurs 5HT1A.

Une étude de 2012 a révélé que l’administration de CBD dans un modèle de trouble de stress post-traumatique simulé par l’exposition à un prédateur empêchait l’anxiété : Implication possible des récepteurs 5HT1A.

Une étude de 2012 a examiné les effets anti-anxiété de l’administration de CBD dans un modèle de stress post-traumatique simulé par l’exposition à un prédateur. Selon l’étude, « l’administration répétée de CBD a empêché les effets anxiogènes prolongés observés après l’exposition à un prédateur, probablement en facilitant la neurotransmission des récepteurs 5HT1A. Nos résultats suggèrent que la CBD a un potentiel bénéfique pour le traitement du trouble de stress post-traumatique et que les récepteurs 5HT1A peuvent être une cible thérapeutique dans ce trouble. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22979992

Réduction des symptômes de stress post-traumatique par la résine de cannabis : une revue des preuves cliniques et neurobiologiques.

2012 Medical Review. »

2012 Medical Review. »

présente un rapport de cas d’un patient masculin de 19 ans présentant des symptômes sévères de trouble de stress post-traumatique (TSPT), y compris des flashbacks intenses, des attaques de panique et de l’automutilation, qui a constaté que certains de ses symptômes centraux étaient considérablement réduits en fumant de la résine de cannabis….. Cette revue montre que des études récentes fournissent des preuves soutenant que les patients souffrant de TSPT peuvent gérer leurs symptômes en utilisant des produits à base de cannabis.

Le cannabis peut supprimer la puissance ou l’impact émotionnel des souvenirs traumatiques par des mécanismes synergiques qui peuvent faciliter le repos ou le sommeil chez les personnes souffrant de TSPT et les rendre moins anxieuses et moins préoccupées par les souvenirs de flashbacks. La présence de systèmes de signalisation endocannabinoïdes dans les noyaux de détection du stress de l’hypothalamus ainsi que dans les structures limbiques (amygdale) suggère l’importance de ce système dans la régulation des réponses neuroendocriniennes et comportementales au stress. L’accumulation des preuves suggère que les cannabinoïdes pourraient jouer un rôle dans l’extinction de la peur et les effets antidépresseurs. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22736575

Effets bidirectionnels du cannabidiol sur l’extinction de la mémoire de la peur contextuelle

étude de 2016. s’est penchée sur la capacité du cannabidiol à favoriser l’extinction de la mémoire de la peur contextuelle et a montré que  » dans des conditions de fort conditionnement à la peur, le CBD a réduit l’expression de la mémoire de la peur contextuelle à la fois de manière aiguë pendant une session d’extinction et plus tard dans un test de rétention de la peur « . »

Select more : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5159417/

Efficacité de l’huile de cannabidiol dans l’anxiété et l’insomnie pédiatriques dans le cadre du PTSD : Une étude de 2016 a examiné l’efficacité de l’huile de cannabidiol dans le traitement de l’anxiété et de l’insomnie pédiatriques résultant du SSPT

. « La principale conclusion de cette étude de cas est que l’huile de CBD peut être un composé efficace pour réduire l’anxiété et l’insomnie secondaires au PTSD. Cette étude de cas fournit des preuves cliniques soutenant l’utilisation de l’huile de cannabidiol comme moyen sûr de réduire l’anxiété et d’améliorer le sommeil chez une jeune fille souffrant de SSPT. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5101100/

CBD et Schizophrénie : Le CBD comme antipsychotique

La recherche nous montre de nombreuses utilisations médicales potentielles du cannabidiol ou CBD. Il a été établi que ce composé chimique dérivé de la plante de cannabis peut jouer un rôle potentiel dans des applications allant de l’anxiété et de la dépression aux éruptions cutanées et aux douleurs articulaires. L’une des utilisations possibles du CBD qui fait l’objet de recherches depuis des années est son potentiel dans le traitement des psychoses ou de la schizophrénie.

La schizophrénie est un trouble chronique qui affecte gravement les fonctions cérébrales chez moins d’un pour cent de la population des États-Unis. Les symptômes de ce trouble apparaissent généralement entre 16 et 30 ans, bien que les enfants puissent également être diagnostiqués.

Les symptômes sont classés en trois catégories : positifs, négatifs et cognitifs.

Les symptômes « positifs » comprennent les comportements psychotiques tels que les hallucinations, les pensées dysfonctionnelles et les troubles du mouvement.

Les symptômes « négatifs » sont davantage liés aux émotions et au comportement, comme une diminution de la sensation de plaisir ou une difficulté à initier et à terminer des tâches.

Les symptômes « cognitifs » varient en subtilité, mais comprennent des problèmes de concentration et des difficultés à appliquer de nouvelles informations, ou « mémoire de travail ».

Bien que les causes de la schizophrénie ne soient pas encore totalement connues, les chercheurs pensent qu’elle est causée par une combinaison de la chimie du cerveau, du patrimoine génétique et de l’environnement. Le traitement se concentre sur les symptômes de la maladie plutôt que sur la maladie elle-même. Même lorsque les symptômes semblent s’améliorer, la schizophrénie nécessite un traitement à vie composé de médicaments (antipsychotiques), d’une thérapie psychosociale et, dans les cas graves, d’une hospitalisation.

Cependant, les antipsychotiques ne traitent généralement que les symptômes positifs – les patients restent souvent atteints de symptômes négatifs et cognitifs qui entraînent souvent l’anxiété, la dépression et des troubles de la mémoire et de la capacité à résoudre des problèmes.

Les patients atteints de schizophrénie rencontrent des problèmes avec les substances chimiques naturelles du cerveau telles que les neurotransmetteurs comme la dopamine et le glutamate – la maladie du cerveau affecte le système nerveux central et provoque des modèles de communication anormaux entre les cellules du cerveau.

Le CBD, un composé chimique non toxique (ou « cannabinoïde ») du cannabis, est maintenant reconnu comme un traitement de la schizophrénie après des années de recherche sur ses effets antipsychotiques. Certaines études ont montré que la consommation de fortes concentrations de CBD dans le cannabis peut entraîner une diminution des épisodes psychotiques. Des preuves suggèrent également qu’il peut aider à traiter les symptômes négatifs et cognitifs que les médicaments antipsychotiques typiques ne traitent pas, et qu’il peut avoir moins d’effets secondaires que les médicaments conventionnels.

On pense que le CBD limite la quantité de dopamine (connue sous le nom d' »hormone du bien-être ») qui est bloquée à la suite d’un traitement médicamenteux lorsqu’il est pris en combinaison avec des médicaments antipsychotiques. Il peut également contribuer à soulager les hallucinations et les délires, qui sont des symptômes positifs de la schizophrénie. Bien que la recherche sur le CBD pour la schizophrénie n’en soit qu’à ses débuts, de nombreux chercheurs espèrent que le CBD finira par s’imposer comme une méthode de traitement officielle.

Études soutenant l’utilisation du CBD pour la psychose et la schizophrénie

La recherche sur le CBD n’en est qu’à ses débuts, car les restrictions légales et l’intérêt intense pour les effets du THC ont éclipsé le cannabidiol pendant un certain temps. Mais aujourd’hui, les experts prennent rapidement conscience de l’énorme potentiel du cannabinoïde en matière de santé, ce qui se traduit par diverses études sur les effets du CBD sur le cerveau et les troubles psychologiques.

Les scientifiques ont décidé d’explorer le CBD comme traitement de la schizophrénie en raison de la relation étroite entre le système endocannabinoïde du corps et notre santé mentale globale. Le système endocannabinoïde fonctionne comme un centre de communication entre le cerveau et le corps. Il influence la façon dont nous agissons et réagissons – et est influencé par les phytocannabinoïdes ou les composés (tels que le THC et le CBD) que l’on trouve dans le cannabis.

En raison du lien entre le système endocannabinoïde et la fonction cérébrale, les chercheurs ont mené des études confirmant le CBD comme traitement alternatif potentiel de la schizophrénie. Des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que le cannabidiol puisse être officiellement reconnu comme un traitement des troubles mentaux, mais pour l’instant, les études suivantes nous aident à comprendre la relation entre le CBD et la schizophrénie :

Le cannabidiol, un composant du Cannabis sativa, en tant que médicament antipsychotique.

Une étude de 2006 a passé en revue les essais démontrant les effets antipsychotiques du CBD. L’utilisation du CBD dans des modèles animaux a montré que le CBD produit des effets similaires à ceux des médicaments antipsychotiques atypiques. « En outre, des rapports de cas ouverts de patients schizophrènes traités au CBD et un rapport préliminaire d’un essai clinique contrôlé comparant le CBD à un antipsychotique atypique ont confirmé que ce cannabinoïde peut être un traitement alternatif sûr et bien toléré de la schizophrénie. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16612464

Effets neuronaux et moléculaires du cannabidiol sur le système mésolimbique de la dopamine : Implications pour de nouveaux traitements de la schizophrénie

Une étude de 2017 résume les données précliniques et cliniques montrant comment le CBD interagit avec le système des récepteurs de la sérotonine. « Avec les preuves cliniques montrant que la CBD peut normaliser les déficits émotionnels et cognitifs associés à la schizophrénie, la CBD peut représenter un traitement prometteur de la schizophrénie agissant par le biais de nouveaux substrats mésolimbiques moléculaires et neuronaux. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28185872

Les effets de type antipsychotique du cannabidiol et du rimonabant : Un examen systématique des études animales et humaines.

Une étude de 2012 visait à établir un lien plus important entre le CBD et les effets antipsychotiques et a conclu : « Les résultats soutiennent largement l’hypothèse d’une activité antipsychotique des deux cannabinoïdes. En revanche, le cannabidiol semble supérieur au rimonabant avec un profil pharmacologique similaire aux antipsychotiques atypiques. »

Pour en savoir plus : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22716153

Amélioration de l’interaction sociale, de la reconnaissance et de la mémoire de travail avec un traitement au cannabidiol dans un modèle d’infection prénatale (poly I:C) chez le rat.

Une étude de 2017 a révélé que le CBD a un effet direct sur l’interaction sociale, ce qui peut être bénéfique pour les patients atteints de schizophrénie. L’article conclut : « L’administration chronique de CBD peut atténuer les déficits d’interaction sociale et les déficits cognitifs causés par l’infection prénatale par le poly I:C ». Ces nouveaux résultats offrent des implications intéressantes pour l’utilisation potentielle de la CBD dans le traitement des déficits cognitifs et du retrait social dans la schizophrénie. »

Pour plus d’informations : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28230072

Une note sur le CBD et les interactions médicamenteuses pour la santé mentale

Le CBD a un profil de sécurité plutôt solide et est même approuvé par l’Organisation mondiale de la santé, mais il est important de se rappeler qu’il peut y avoir des interactions avec d’autres médicaments que vous prenez quotidiennement. De même que vous pouvez trouver sur les étiquettes des médicaments des avertissements vous enjoignant de ne pas prendre vos pilules avec du jus de pamplemousse, le CBD agit de la même manière, en perturbant l’effet de certains médicaments. En effet, le CBD est métabolisé par le groupe d’enzymes du cytochrome P450, le même groupe d’enzymes hépatiques qui est nécessaire pour métaboliser la plupart des médicaments sur ordonnance.

De nombreux médicaments sur ordonnance pris pour des troubles mentaux utilisent les voies du cytochrome P450 pour l’absorption et peuvent interagir avec le CBD. Cette interaction n’est généralement pas dangereuse, mais elle entraîne une baisse des taux d’enzymes hépatiques après la prise de CBD, ce qui peut interférer avec l’absorption d’autres médicaments. Cette interaction peut présenter un certain risque si le médicament est destiné à traiter des symptômes potentiellement mortels.

Toutefois, cet effet du CBD sur les enzymes du cytochrome P450 est temporaire, tout comme le jus de pamplemousse. Il suffit généralement d’échelonner les doses pour éviter une interaction entre le CBD et vos médicaments habituels, mais vous devez toujours parler du CBD à votre médecin avant de commencer, surtout si vous prenez déjà des anticonvulsivants ou d’autres prescriptions tous les jours.

YouTube video: Voici 19 façons d’utiliser le CBD pour lutter contre la dépression, l’anxiété, etc.


Rate article
Revue des produits CBD, des nouvelles et des guides de l'Encyclopédie CBD | TopCBDhempOilTrust